• Facebook
  • linkedin
  • MySpace
  • Twitter
Mercredi, 21 Août 2019
Rencontre avec … Théo Lecomte, arrière au LMB
PDF Imprimer Envoyer
Actualités PRO

rencontre_lecomte_1

C’est au tour de Théo Lecomte, jeune joueur de 21 ans, de passer sur le banc des interviewés. Petit à petit, Théo a su gagner sa place dans le monde de la Pro B et dans les cœurs de ses coéquipiers comme des supporters lillois.

Le sourire aux lèvres et la tête sur les épaules, cet « oisillon »  d’1m90 prend tous les bons conseils qui lui sont donnés pour prendre son envol… et continuer de faire parler de lui.

Impossible de ne pas remarquer la ferveur qui se dégage autour du jeune homme lorsqu’il entre sur le terrain… C’est alors tout le Palais Saint-Sauveur, joueurs et staff compris, qui se soulève pour lui apporter sa confiance et son soutien alors qu’il marque ses premiers points en tant que joueur professionnel.

Et c’est à chaque fois, chargé d’une mission qu’il se confie à lui même, faire encore et toujours mieux et rendre fiers tous ceux qui le suivent, qu’il pose le pied sur le parquet.

On ne peut, quant à nous, que lui souhaiter de voler toujours plus haut ! Si vous souhaitez en découvrir un peu plus sur notre  N°7, Théo Lecomte, c’est parti !   

Bonjour Théo, peux-tu nous dire en quelques mots qui tu es ?rencontre_lecomte_2

Je suis nordiste… depuis toujours. Je suis actuellement étudiant en 2ème année de STAPS à Ronchin et je suis un grand passionné de basket depuis le plus jeune âge. J’ai commencé à pratiquer ce sport quand j’avais 4 ans ! J’ai intégré le LMB en minimes et cela fait 2 ans aujourd’hui que j’ai signé mon 1er contrat « aspirant ».

Au delà du basket, je me passionne également pour les sports auto – moto.

Oh et je suis en couple depuis 4 ans !

Tu mènes tes études et ta vie de basketteur en parallèle : une vie plutôt chargée ! Est-ce une réelle volonté de ta part ?

C’est un vrai choix. Dans le sport, tout va très vite. Une blessure notamment peut arriver très vite, et alors tout s’arrête. Il est important pour moi d’avoir un bagage scolaire à côté… ne serait-ce que pour prévoir « l’après ».

C’est vrai que ce n’est pas toujours évident de tout gérer. Il y a des périodes plus « lourdes » que d’autres surtout quand les exigences au niveau scolaire sont plus intenses. Ça me demande une vraie organisation semaine après semaine et je me dois d’être vraiment rigoureux. Mais c’est mon choix. Je veux à tout prix décrocher ma licence et même poursuivre jusqu’au Master pour passer le CAPEPS et pouvoir devenir un jour prof d’EPS.

(>> On avait prévenu, la tête bien accrochée sur les épaules… J)

Originaire de Lille : Intégrer le LMB, est-ce que c’était un objectif pour toi étant plus jeune ? Et à quel moment t’es-tu dit que toi aussi, tu pouvais intégrer le niveau professionnel ?

Ce n’était pas forcément un « objectif » étant tout petit, mais plutôt en devenant adolescent oui. C’est mon père qui m’a fait découvrir ce club et poussé à venir ici et à intégrer « LE » club de la région.

C’est seulement une fois arrivé au LMB que j’ai commencé à « rêver » et que j’ai eu envie d’atteindre le haut niveau. Ça a été un vrai déclencheur. Je voyais d’autres y arriver… et je me suis dit : « Pourquoi pas moi ? ».

Aujourd’hui, ça reste encore une passion plus qu’un métier à mes yeux. Même si ce n’est plus du « loisir », je ne peux pas en parler comme un métier à proprement parler tant que je poursuis mes études en parallèle…    

Tes parents, ta famille, ton entourage, sont-ils plutôt en soutien ? Ou plutôt prudents ?

Mes parents sont vraiment fiers et contents pour moi. Ils sont heureux de me voir en arriver là aujourd’hui. Ils m’ont toujours soutenu et laissé le choix de ce que je voulais faire… mais ils jouent chacun un rôle un peu différent.

Mon père me pousse davantage à me surpasser et à atteindre mon meilleur niveau. Ma mère, elle, joue un peu plus le rôle de soutien moral. Et elle me pousse surtout à faire mes propres choix, à faire ce dont j’ai envie, à suivre mon propre chemin…

(>> La mère, le père, le fils… un trio gagnant ! J )

rencontre_lecomte_3Leur présence lors de chaque match à domicile te donne-t-elle davantage de force ? Ou implique-t-elle un peu de stress supplémentaire ?

C’est vrai, mon entourage me suis et m’encourage dès que possible. Mais en fait, je ne ressens aucune pression de leur part. Bien au contraire. Les savoir présents à chaque match me donne envie de les rendre encore plus fiers de moi.

Que ressens-tu à l’idée de représenter ta ville sur les parquets de la pro B ?

C’est une vraie satisfaction. Avoir débuté ici, « chez moi », c’est une réussite à mes yeux ! Et même pour les clubs dans lesquels j’ai été formé. Je trouve ça cool. C’est une fierté d’avoir commencé et atteint ce niveau dans le Nord, « à la maison »… !

De part ton jeune âge, te sens-tu tenir un statut un peu particulier dans cette équipe ? Un peu couvé ?

Je suis surtout ultra conseillé par les autres joueurs et j’adore qu’ils partagent avec moi leur expérience, qu’ils m’aident à progresser. Je n’en tire que du positif ! Même si je devais me faire « engueuler » (ce qui n’est encore jamais arrivé je crois (rire)), je pense que je le prendrais positivement. Je sais que tout ce qu’ils me disent, c’est uniquement « pour moi ».

A côté de cela, je dois reconnaître que ce n’est pas toujours forcément un rôle évident d’être « le petit jeune ». Dans le sens où l’on se dit que l’on n’a pas le droit à l’erreur ou presque. Mais les joueurs me tirent vraiment vers le haut, ils me poussent à prendre confiance en moi et à grandir sur le terrain.  

Vis à vis du coach, Jean-Marc Dupraz, être le « jeune poulain», ça implique quoi ?

On a une bonne communication avec le coach mais je ne me sens pas vraiment disposer d’un statut particulier. Pas de privilège. Sauf pour mes études… et je l’en remercie d’ailleurs ! Il comprend mon quotidien, les exigences liées à mes études et c’est vraiment agréable. Ça facilite beaucoup les choses. Mais au-delà de cela, je suis un joueur comme un autre. Il n’y a pas de différence.

Lors des matchs, on peut ressentir un réel un engouement autour de toi que ce soit sur le banc ou dans les tribunes : le ressens-tu quand tu entres sur le terrain ?

Carrément. Tout le monde me pousse et me soutient et ça me touche vraiment ! C’est une ambiance spéciale, quelque chose que j’adore ressentir. A vrai dire, quand je rate quelque chose sur le terrain, un shoot ou autre…je suis autant déçu pour moi que pour toutes les personnes qui croient en moi. Ça me donne encore plus envie de bien faire, pour faire plaisir au public, et à toute mon équipe.

Que ressent-on la première fois que le coach te fait entrer sur le terrain à ce niveau ?rencontre_lecomte_4

C’est une grosse montée d’adrénaline ! Du stress oui, mais dans le bon sens ! J’ai envie de montrer au coach qu’il peut me faire confiance, que je peux apporter à l’équipe, sur le terrain. J’ai chaque fois un peu plus envie de montrer que j’ai ma place. C’est un sentiment positif, un booster même si je reconnais que j’ai toujours un peu peur de faire une « connerie » (rire).

Tu fais également partie de l’équipe de N3 et vous avez assuré la montée ! Bravo ! Comment s’est passée cette saison ? Et ce dernier match de championnat régulier qui valide votre arrivée en N2 l’an prochain ?

On a gardé la même équipe entre cette année et l’an passé et on est devenu une vraie bande de potes. La montée c’était notre ambition dès le début de saison mais on a assez mal commencé le championnat ! Après les premiers matchs, on a un peu douté… et puis il y a eu comme un regain de confiance. C’est monté petit à petit. On a enchainé une dizaine de victoires de suite et on a recommencé à y croire doucement. Sur la fin de saison, on savait que l’’on n’avait pas le droit à l’erreur… On a su se reprendre au bon moment. Et c’est d’ailleurs à l’image de notre dernier match de championnat. On l’a assez mal entamé. Et à un moment, tout est parti. A deux minutes de la fin, on affiche + de 20 points d’avance et on sait qu’on y est ! C’est un sentiment énorme ! Entre potes en plus, c’est encore mieux, une vraie satisfaction collective ! On était vraiment contents ! Pour nous, pour nos familles, pour nos supporters…L’après match a été mémorable !! C’était une première pour beaucoup d’entre nous et on l’a très… très bien fêté !! (rire).  

(>> L’équipe de N3 a obtenu son pass pour les demies-finales de playoff et continue de se battre pour le titre ! N’hésitez pas à les soutenir !)

Avec tout ce qu’il se passe dans ta vie actuelle, comment t’imagines-tu dans 5 ans ? Quels sont tes prochains objectifs ?

Je m’imagine… diplômé je l’espère, et mon CAPEPS en poche ! Niveau basket, j’espère avoir gravi les échelons un à un, être professionnel de Pro B… voire même de Jeep Elite si on rêve un peu… (rire)

J’espère surtout que j’aurais atteint mon meilleur niveau et que je serai épanoui dans ce que je ferai !

Te sentirais-tu un jour de partir te tester au States ?

Oui.. je me le suis déjà dit ! Pourquoi pas ! (rire) Mais les études d’abord ! Un jour, je me dis que je tenterai peut-être l’expérience. Ce n’est pas le même jeu, ne serait-ce que pour me challenger, et vivre ça, même si c’est un autre monde, je ne dis pas que je ne le tenterai jamais ou que je n’y ai jamais pensé !

Quel est le meilleur conseil ou le conseil le plus « marquant » qu’un joueur expérimenté t’ait donné ?

Je dirais de commencer par penser à la défense avant même de penser à l’attaque.

Observer les joueurs même quand on est assis sur le banc, pour bien connaître son adversaire, et être prêt à tout donner au moment d’entrer en jeu. Quand j’entre sur le terrain, je me rappelle chaque fois qu’il n’y a pas de bonne attaque sans une bonne défense…

Pour parler un peu de l’équipe, selon toi, qui est le plus …rencontre_lecomte_5

Papa poule avec toi ? Maël Lebrun et Florent Tortosa.

Retardataire ? Je dirais Curtis. Mais on n’a pas vraiment le droit d’être en retard en fait…

Le plus accroc à son téléphone ? Ils le sont tous !! Mais si je ne dois en citer qu’un… Antoine Mendy !

Susceptible ? Ahah… Marcos !

(>> Il faudra vraiment que l’on interroge Marcos qu’il puisse enfin se défendre de ce petit caractère ! J )

Attentif à son look ? Thomas Ceci-Diop !

Un mot à ton entourage, ta famille ?

Je les remercie surtout de leur soutien au quotidien. D’être là quand tout va bien mais aussi et surtout dans les moments plus compliqués. Ils comptent énormément. Je ne peux que les remercier de m’accompagner et je suis parfois même désolé de leur imposer « autant de basket ». Surtout à ma copine et à ma famille… ce n’est pas toujours simple pour elle, pour eux. Mais ils s’adaptent à mon mode de vie, ils acceptent, décalent régulièrement des réunions de familles pour que je puisse être présent ou même encore comprennent mon absence quand c’est vraiment impossible… C’est énorme ce qu’ils font pour moi.

Et pour terminer, un mot aux supporters de Pro B comme de N3 ?

J’aimerai leur dire de rester fidèles à nous et à eux mêmes ! De continuer à être si nombreux, et même d’être encore plus nombreux ! Certains matchs sont plus durs que d’autres et bien souvent ce sont eux qui nous aident à reprendre le dessus. Leur présence est importante et ils nous portent et nous poussent à toujours nous dépasser davantage… Ils sont vraiment très importants !

Merci à Théo Lecomte, pour son temps et d’avoir joué le jeu de la confidence.

 

A très bientôt pour de nouvelles « Rencontres avec… »…